Ambition Recherche‎ > ‎LE PROGRAMME‎ > ‎

Interview V. Esnault

L’interview du Président Vincent ESNAULT


Professeur, comment avez-vous perçu la qualité des projets soumis ?

"Tous les projets reçus étaient d’excellente qualité, justifiant pleinement des demandes de financement."

Comment avez-vous procédé ?
"Un Conseil Scientifique International de six membres a été constitué, avec un suisse, un italien, un belge, deux français et moi-même, néphrologue au CHU de Nice, en tant que Président.

La méthodologie de l’évaluation a été la suivante :
1 - tous les projets ont été évalués par deux experts qui ont donné une note globale entre 1 et 10.
2 - en cas de discordance de deux points ou plus entre les deux évaluations, ou d’égalité entre deux candidats, une troisième évaluation a été effectuée par le Président du Conseil.
3 - une attention a été portée par le Président du Conseil aux possibles conflits d’intérêt entre les experts et les porteurs de projets, lors de la répartition des expertises."

Cette méthode nous assure-t-elle de financer les meilleurs projets ? Pourquoi ?
"Les notes des trois premiers projets classés et financés se détachaient sensiblement des autres. Les notes des projets suivants étaient sensiblement inférieures, bien que ces projets soient d’excellent niveau, et auraient mérité un financement.
Les porteurs de projet non financés dans la phase 1 ont été encouragés à déposer une nouvelle demande."

En tant que spécialiste de la néphrologie, que pensez-vous de l’impact de ce Programme Ambition Recherche ?
"Excellent, indiscutablement de niveau international."

Profitons de cet interview pour remercier chaleureusement le Pr Esnault et les membres du Conseil Scientifique pour leur travail remarquable. AMSN peut ainsi s’assurer de financer les meilleurs projets, comme elle l’a promis à nos malades. Les projets qui n’ont pas été retenus pourront être financés si notre Conseil Scientifique valide les évolutions réalisées après cette évaluation et si nous parvenons à collecter sensiblement plus des 230 000 € de la première phase. Alors, mobilisons-nous, ça vaut le coup !
Comments